Vous êtes ici: Accueil > politique > Lualaba: Intox ridicule et grossier mensonge, Richard muyej n'a jamais programmé le massacre des manifestants de Lamuka (communiqué)
Richard muyej, Gouverneur du lualaba
par: Pob KIDIMBU
12-07-20 à 20:50
708
  
0

Lualaba

Contrairement aux rumeurs qui circulent sur la toile d'un probablement massacre des militants de Lamuka sous la houlette du gouverneur Richard muyej, le cabinet du gouverneur éclaire la lanterne qu'il s'agit de l'ntox Ridicule et Grossier Mensonge.

Dans un communiqué officiel du  11 juillet 2020 dont une copie est  parvenue à la redaction d'Éditeur.Cd,le cabinet du Gouverneur de la Province du Lualaba  fait savoir qu'il a suivi avec 
consternation une audio en swahili qui devient virale sur les réseaux
sociaux intitulée « MUYEJ -NUMBI -KYABULA préparent un massacre le 
13 juillet » dans laquelle un quidam prétendument dénommé
KASONGO impute des fausses accusations au Gouverneur du Lualaba 
au sujet des tueries programmées au cours de la marche de LAMUKA 
afin de les faire porter à l’ancien Gouverneur du Katanga. Quel
ridicule et grossier montage ! S'exclame -t-il.


Le même communiqué précise également qu'au 
Lualaba, l’heure n’est pas aux discussions puériles et autres chimères comme c’est le cas dans cette audio mais au travail et à la 
pérennisation de la culture des bâtisseurs.

"Il est clairement établi que 
les ennemis de la paix ne sont pas satisfaits des progrès en réalisation
au Lualaba et de la tranquillité publique qui s’y observe ; ils veulent à
 tout prix que le Lualaba égrène aussi le chapelet des troubles comme 
ailleurs. Quod non !précise le communiqué.


cependant,le Cabinet saisit donc cette occasion pour inviter l’opinion à observer 
une attitude critique, chaque fois qu’il y a de tels montage grossiers
« Fake News », étant donné que les ennemis de la paix ne cherchent 
qu’à nuire et à semer le doute dans le chef des compatriotes.

Quant à la marche projetée par le Regroupement politique LAMUKA, le 
Cabinet invite la population à vaquer librement à ses occupations et à
respecter les mesures barrières pour lutter contre la pandémie de 
COVID-19 qui est désormais, une réalité. 

Dans ce sens, tout en reconnaissant à chacun la liberté des réunions
pacifiques ainsi que la liberté de manifestation consacrées par la 
Constitution en ses articles 25 et 26, relevons que ces droits ne
 s’exercent qu’en temps normal, ce qui n’est pas le cas depuis la survenance de la Pandémie de COVID-19 et la proclamation de l’État
 d’urgence Sanitaire en RDC.

En effet, l’État d’urgence est un régime d’exception qui confère à
l’exécutif le pouvoir de limiter les libertés individuelles et collectives.

"Bien sûr, le bien-fondé de ces restrictions ne prête guère à discussion, dès lors qu’il s’agit de préserver la vie des milliers de personnes 
directement exposées à la diffusion d’une pathologie potentiellement 
létale.
C’est de la sorte que durant cette période de la pandémie de COVID-
19, l’Ordonnance No 20/014 du 24 mars 2020 portant proclamation de 
l’État d’Urgence Sanitaire telle que révisée à ce jour, interdit en son 
article 3.2 « Tous rassemblements, réunions et célébrations de plus de 
20 personnes sur les voies et lieux publics… »
Ainsi, la tenue de la marche pacifique soit-elle – projetée pour le 
lundi 13 juillet 2020 violerait l’Ordonnance et mettrait les manifestants, 
la population ainsi que les forces de l’ordre en insécurité sanitaire
d’une part et de l’autre, pourrait troubler l’ordre public en cas de 
débordement et dérapage qui sont devenus légions en pareille 
circonstance."poursuit t-il.


De tout ce qui précède, le Cabinet du Gouverneur appelle à plus de 
responsabilité dans le choix des actions à mener en toute 
circonstance.
 
Rédaction


Editeur.cd/ Publié par: Pob KIDIMBU - Le 12-07-2020 à 20:50
commentaires (0)



Aucun Commentaire pour cet article

Commenter

Create Account



Log In Your Account