Vous êtes ici: Accueil > politique > RDC : la Monusco joue les médiatrices entre Kabila et Tshisekedi
Joseph Kabila et Félix Tshisekedi
par: Pob KIDIMBU
01-07-20 à 20:27
1293
  
0

RDC

Tandis que la tension entre Félix Tshisekedi et Joseph Kabila est montée d’un cran ces derniers jours en raison de la polémique autour de la réforme judiciaire déclenchée par le FCC de l’ancien président, une médiation a été discrètement initiée par la Monusco.

Selon nos informations, Leila Zerrougui, la représentante en RDC du secrétaire général de l’ONU António Guterres, a successivement rencontré Félix Tshisekedi et Joseph Kabila dans les jours qui ont précédé le soixantième anniversaire de l’indépendance, célébré le 30 juin.

*Rendez-vous repoussés*

La cheffe de la Monusco souhaite amener le président congolais et son partenaire de coalition à se rencontrer. Plusieurs rendez-vous initialement prévus entre les deux hommes ont en effet été successivement repoussés depuis le 27 juin.

Tshisekedi aurait fait savoir à Leila Zerrougui qu’il ne pourrait pas rencontrer son prédécesseur avant la Fête de l’indépendance. Les deux hommes ont par ailleurs posé certains préalables avant de convenir d’une rencontre. Le chef de l’État a notamment demandé que le ministre de la Justice, Célestin Tunda Ya Kasende (étiquetté Front commun pour le Congo, FCC) démissionne.

Il aurait par ailleurs dénoncé le fait que certains ministres du FCC ne répondent qu’aux ordres de caciques de cette coalition. Toujours selon nos informations, Joseph Kabila n’a pas apprécié que son successeur ait récemment tenté de lui obtenir un poste à l’Union africaine (UA) dont il est le premier vice-président.

*Crise politique née du projet de réforme judiciaire*

Ces nombreux reports sont liés à la crise politique née du projet de réforme judiciaire, qui renforcerait les attributions du ministre de la Justice. La brève interpellation de ce dernier le 28 juin a contribué à envenimer cette situation. Ce dernier a été auditionné pendant trois heures dans le bureau du procureur général près la Cour de cassation.

La présence dans les locaux au même moment de Thethe Kabwe Kabwa, le directeur de cabinet adjoint de François Beya, conseiller spécial en matière de sécurité de Félix Tshisekedi, a suscité des réactions. « Il est avocat, il était là pour d’autres dossiers », plaide l’entourage de Beya.

Malgré la polémique, le camp Kabila n’aurait pas l’intention de faire marche arrière. Le 25 juin, l’ancien président a notamment reçu Emmanuel Ramazani Shadary, Aubin Minaku et Néhémie Mwilanya Wilondja dans sa résidence de GLM, à Kinshasa, pour leur demander d’aller au bout de ce projet.

*Réévaluation de l’accord de gouvernement*

Le 30 juin, Joseph Kabila a reçu certains cadres du FCC dans sa résidence de Kingakati pour célébrer l’indépendance. Lors d’une courte allocution, l’ancien président a déclaré qu’une réévaluation de l’accord de gouvernement entre le FCC et le Cap pour le changement (Cach), la coalition de Tshisekedi, était « possible ».

Pour calmer le jeu, le Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD, de Kabila) réfléchit à la possibilité de reporter l’examen de sa proposition de réforme judiciaire à la session parlementaire de septembre.

Source : Jeune Afrique


Editeur.cd/ Publié par: Pob KIDIMBU - Le 01-07-2020 à 20:27
commentaires (0)



Aucun Commentaire pour cet article

Commenter

Create Account



Log In Your Account